Peut-on être végétalien sans risque pour notre santé ?

Jean-Marc
41
Nice

Omnivore par essence, l’être humain a évolué en se nourrissant à la fois de produits végétaux et animaux. Peut-on sortir de ce cadre ?

« Vous devez savoir que parmi toutes les choses qui sont nourrissantes, c'est la viande qui nourrit le plus le corps de l'homme, l'engraisse et le renforce » disait déjà Aldebrandin de Sienne dans son traité d’hygiène publié en 1296. Aujourd’hui, le consommateur se trouve confronté à des considérations écologiques, sanitaires et éthiques qui l’alertent régulièrement sur l’empreinte environnementale de l’élevage industriel, les pathologies liées à une trop forte consommation de viande (rouge, notamment) ou encore les mauvaises conditions d’élevage favorisées par une demande croissante de produits animaux à bas prix. D’omnivore, il se tourne vers de nouveaux régimes plus restrictifs : flexitarien, polo-pesco-végétarien, pesco-végétarien, végétarien, végétalien… autant de catégories reflétant un rejet partiel ou total d’aliments d’origine animale.

Mais peut-on se passer complètement de ces aliments ? S’il est bien admis qu’un régime végétarien (i.e. ne comprenant pas de chair – qui nécessite l’abattage de l’animal - mais autorisant par contre des produits issus d’animaux vivants – lait, œuf -) ne pose aucun soucis particulier, ce n’est pas le cas d’un régime végétalien, constitué uniquement de végétaux. En effet, outre un apport protéique équilibré plus difficile à obtenir, de nombreux nutriments essentiels (vitamines – notamment D et B12 -, minéraux – calcium, fer - ou acides gras – notamment oméga 3 -) sont très peu présents et/ou assimilables dans les végétaux, nécessitant souvent la prise de compléments alimentaires.
Il convient en outre de surveiller plus particulièrement l’absence de carences pendant la croissance, la grossesse, chez les athlètes ou encore les personnes âgées.

 

Auteur :

Christophe Lavelle, chercheur au CNRS et au Muséum National d’Histoire Naturelle.

 

Pour aller plus loin :

Manifeste du Muséum. Humains et autres animaux.