Pourquoi mange-t-on peu d'animaux carnivores ?

Manon
26
Condé-sur-Vire

L'Homme, omnivore, a toujours mangé des animaux, que ce soit au gré de ses trouvailles (charognage), de ses captures (chasse) ou, plus récemment (depuis le néolithique), de ses élevages. La question se pose alors de savoir QUELS animaux ?

D'abord, mettons de côté les religions qui, pour des raisons souvent arbitraires (en tous cas au regard de la science), interdisent la consommation de certains animaux. Ensuite, précisons que sont désignés comme carnivores tous les animaux qui se nourrissent principalement d'autres animaux. À ce titre, de nombreux mammifères (auxquels on pense souvent en priorité), mais aussi poissons et insectes, sont carnivores.

Commençons par les insectes : si la plupart sont comestibles, l'Homme a appris à éviter ceux de couleur trop vive (potentiellement allergènes, voire carrément toxiques) ou encore ceux qui se défendent en sécrétant des composés chimiques souvent nauséabonds.

Ensuite, les poissons : nous mangeons de nombreux poissons carnivores (bar, thon, saumon, carpe, brochet…) et, si on recommande parfois d'en limiter la consommation, c'est tout simplement que, situés en bout de chaine alimentaire, ils peuvent être particulièrement contaminés en polluants chimiques (PCB, mercure,…) qui s'accumulent dans leurs tissus. Notons aussi que le foie de certains mammifères marins (phoque, baleine, mais aussi ours blanc) ou gros poissons (thon, requin) carnivores est tellement riche en vitamine A qu'il faut en manger avec précaution, sous peine d'une hypervitaminose A qui provoque céphalées et troubles digestifs. Mais ce n'est pas tous les jours que l'on trouve ça sur nos tables (les Inuits, par contre, font attention).

Enfin, si l'histoire et la préhistoire montrent que l'Homme a toujours mangé toutes sortes de gibiers, incluant de nombreux félins ou oiseaux carnivores, il se trouve que nombre de ces espèces sont en voie de disparition et que, outre le fait que la chasse nourrit peu de monde aujourd'hui, nos modes de consommation ont suffisamment évolué pour avoir autre chose à croquer que du chat, du lion ou des ortolans !

Côté mammifères, les animaux que nous mangeons sont donc très majoritairement issus de l'élevage, or il est plus facile d'élever des herbivores (vaches, moutons,…) ou omnivores (poules, cochons,…) que des carnivores. Côté poissons, c'est un peu différent, puisque qu'ils viennent autant de la pêche (espèces sauvages) que de l'élevage, où, pour le coup, de nombreuses espèces carnivores sont élevées (bar, saumon), ce qui nécessite de grosses quantités de farine animale issue… de la pêche d'autres espèces! Pas sûr que l'environnement s'y retrouve…

Auteur :

Christophe Lavelle, chercheur au CNRS et au Muséum National d’Histoire Naturelle. 

Vautour © Anton Lovász de Pixabay
Vautour © Anton Lovász de Pixabay