Qu’est-ce que l’agroécologie ?

Pauline
19
Annecy

Contraction d’agriculture et d’écologie, le terme agroécologie désigne un ensemble de concepts et de pratiques dans lesquels les connaissances de l’écologie scientifique sont utilisées pour la production agricole.

L’observation d’écosystèmes subissant peu d’interventions humaines (prairies permanentes, forêts en gestion durable) montrent des caractéristiques intéressantes : importante production de biomasse, faible pullulation d’espèces indésirables, faible érosion des sols, biodiversité élevée, etc. L’agroécologie propose de s’inspirer de ces systèmes de façon à en reproduire les caractéristiques intéressantes tout en ayant une production de biomasse utilisable, pour l’alimentation notamment.

Souvent, une seule pratique agroécologique produit plusieurs bénéfices simultanément. Couvrir en permanence les sols par des plantes vivantes ou mortes, par exemple, limitent le dessèchement du sol, abrite et alimente les organismes présents (lombrics, champignons et bactéries en particulier), réduit le développement des adventices et fertilise le sol. De la même façon, placer des éléments semi-naturels (haies, bandes fleuries, fossés, etc.) dans ou à proximité des parcelles agricoles permet d’héberger et alimenter une faune sauvage diversifiée de pollinisateurs et d’auxiliaires (prédateurs des ennemis des cultures). Le choix des espèces cultivées (parfois entre deux cultures principales) contribue lui aussi à favoriser certaines fonctions écologiques : le sarrasin en couvrant le sol limite le développement des adventices, la moutarde exploite bien l’azote résiduel dans le sol, le trèfle nourrit les pollinisateurs et fertilise les sols en azote, etc.

Sa mise en œuvre est souvent perçue comme complexe par les agriculteurs, car elle nécessite une vue globale, de solides connaissances naturalistes et agronomiques et souvent une reconception de l’exploitation. Malgré cela, l’agroécologie est compatible avec toutes les formes d’agriculture (conventionnelle ou biologique), fournit même le cadre théorique général à l’agroforesterie et à l’agriculture de conservation (absence de travail du sol, couverture permanente des sols et rotations de culture) et peut être appliquée aux jardins de particuliers, par la permaculture par exemple.

 

Auteur :

Samuel Rebulard, ingénieur agronome, agrégé de sciences de la vie et de la terre, enseignant à l’université Paris-Saclay.

Agroécologie, Asperges © Yves Bernardi via Pixabay
Agroécologie, Asperges © Yves Bernardi via Pixabay